Télétravail : exonérations d’impôt pour les frais professionnels engagés en 2020

Entré dans les habitudes des français dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, le télétravail à domicile peut parfois engendrer des coûts pour les salariés, des coûts que l’Urssaf a classé en trois catégories :

  • Les frais fixes et variables liés à la mise à disposition d’un local privé pour un usage professionnel, comme le loyer, l’assurance habitation ou encore l’électricité.
  • Les frais liés à l’adaptation d’un local spécifique. Ces dépenses peuvent être indemnisées à valeur réelle par l’entreprise.
  • Les frais de matériel informatique, de connexion et fournitures diverses.

 

Les allocations versées par l’employeur au titre du télétravail à domicile en 2020, et visant à couvrir ces frais supplémentaires pour le salarié, seront exonérées d’impôt sur le revenu, dans la limite de 550 € pour l’année, que ces allocations aient pris la forme d’indemnités, de remboursements forfaitaires ou bien de remboursements des frais réels.

Cette exonération s’applique donc aux différentes formes d’allocations versées par l’employeur, visant à couvrir des frais de télétravail à domicile.

Pour les allocations forfaitaires, ces-dernières seront exonérées dans la limite de 2,5 € par jour de télétravail, soit une exonération de 50 € pour un mois comprenant 20 jours de télétravail, toujours dans la limite annuelle fixée à 550 €.

 

Concrètement, il appartient à l’employeur d’identifier ces allocations dans les informations qu’ils transmettent à l’administration fiscale. Le montant du revenu imposable prérempli sur la déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure de telles allocations. Cependant, le salarié pourra s’en assurer au moment de déclarer ses revenus 2020, en vérifiant les montants préremplis par rapport à ses bulletins de paie, et à l’attestation fiscale annuelle délivrée par son employeur.

Pour les salariés ayant choisi la déduction en frais réels, les frais engagés liés à leur activité professionnelle en télétravail pourront être déduits à hauteur des montants mentionnés ci-dessus. Mais le contribuable conserve la possibilité de les déduire pour leur montant exact si cela est plus favorable.

L’allocation prise en compte doit couvrir exclusivement des frais professionnels engagés au titre du télétravail à domicile. Les frais courants normaux nécessités par l’exercice de la profession (frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail, frais de restauration) ne sont pas concernés par cette exonération.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter

Inscrivez-vous à la newsletter "Revue d'Actu"

Renseigner votre adresse e-mail pour recevoir chaque mois toutes les dernières nouvelles comptables, fiscales et sociales, décryptées par nos experts !