Crédit d’impôt sur la formation des dirigeants pour les professionnels de santé

Crédit d’impôt sur la formation des dirigeants pour les professionnels de santé

Ce crédit d’impôt est destiné, à tous les professionnels de santé dès lors qu’ils sont imposés selon un régime réel, tous professionnels de santé peut en bénéficier, quelles que soient sa forme juridique (entreprise individuelle ou société).

En sont cependant exclues les professionnels de santés placées sous le régime fiscal de la microentreprise.

Le crédit d’impôt s’applique aux dépenses de formation du dirigeant.

Le montant du crédit d’impôt est égal au produit du nombre d’heures passées en formation (dans la limite de 40 heures par année civile) par le taux horaire du Smic (9.67€ pour 2016 et 9.76€ pour 2017). Il est donc important de penser à conserver les attestations de présence aux formations et de nous les transmettre pour que nous puissions vous faire bénéficier de cet avantage.

Lorsque le montant de l’impôt est insuffisant pour imputer la totalité du crédit d’impôt, l’excédent peut être restitué au professionnel de santé au moyen d’une demande de remboursement de crédits d’impôt, (imprimé n°2573-SD) si le professionnel exerce en société et qu’il est soumis à l’impôt sur les sociétés. Dans le cas où celui-ci est soumis à l’impôt sur le revenu, le crédit s’impute sur l’impôt, si celui-ci est supérieur, il est remboursé sans demande particulière.

Comment aider vos parents en réduisant votre fiscalité ?

Comment aider vos parents en réduisant votre fiscalité ?

Vous versez une pension alimentaire à vos parents :

Vous pouvez la déduire pour son montant réel si les ressources de votre parent sont insuffisantes pour couvrir leurs besoins essentiels. Cette condition est naturellement appréciée en tenant compte des circonstances particulières (âge, état de santé, personnes à charge, etc.). En règle générale, l’administration considère que la pension est justifiée quand elle permet de porter les revenus totaux du bénéficiaire au niveau du Smic, ce plafond étant doublé quand il s’agit d’aider un couple.). Vous devez pouvoir prouver que ces versements ou dépenses ont bien été effectués et d’autre part, qu’ils satisfont effectivement aux conditions de ressources prévues à l’article 208 du code civil. De plus votre parent doit les déclarer.

Vous payez une partie des frais de maison de retraite :

Votre parent a de faibles revenus et vous payez à sa place tout ou partie des frais d’hébergement. Vous pouvez déduire ces sommes de votre revenu, votre parent n’a pas à les déclarer.

Votre parent vit chez vous :

En les justifiant, vous pouvez déduire les dépenses liées à cet accueil en totalité, aux mêmes conditions que la pension alimentaire. Sans justificatifs, vous avez droit à une déduction forfaitaire de 3411 € par ascendant hébergé au titre de l’imposition des revenus de 2016 (6 822€ si vous accueillez deux parents) pour la nourriture et l’hébergement si votre parent est sans ressources ou n’a pas d’autres revenus que l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

Pour les ascendants âgés de plus de 75 ans, la condition relative à « l’état de besoin » est réputée remplie, lorsque le revenu imposable des intéressés n’excède pas le plafond de ressources pour l’attribution de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), soit 9 609,6 € pour une personne seule et 14 918,9 € pour un couple marié pour l’année 2016, pour que vous puissiez bénéficier de cette déduction.

Si vous estimez insuffisante l’évaluation forfaitaire, vous avez toujours la possibilité de retrancher de votre revenu global le montant réel des dépenses effectivement supportées, mais vous devez alors apporter toutes justifications utiles au sujet du montant de ces dépenses.

Vous financez l’aide à domicile de ­votre parent :

Vous pouvez déduire ces sommes comme une pension alimentaire. Mais vous pouvez y renoncer et préférer bénéficier de la réduction d’impôt pour aide à domicile.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F444

Le cabinet Painvin

Professions libérales : l’avantage lié aux titres CESU préfinancés

Professions libérales : l’avantage lié aux titres CESU préfinancés

Grâce au Chèque Emploi Service Universel préfinancé, financez vos dépenses privées via votre activité professionnelle et bénéficiez d’un ensemble d’avantages fiscaux et sociaux.

Accessible à tous les professionnels libéraux avec ou sans salarié, le CESU préfinancé vous permet de régler plus de 20 Services à la Personne (garde d’enfant, cours à domicile, entretien de la maison, jardinage, préparation de repas et livraison, etc.).

Vous pouvez déduire jusqu’à 1830€ de CESU préfinancé par an de votre déclaration d’activité BNC 2035.

Si vous avez un salarié au cabinet, vous pouvez lui proposer ce même avantage et dans les mêmes conditions afin de bénéficier d’un crédit d’impôt de 25% des aides versées, cumulables avec les aides de l’Etat (PAJE ou allocations spécifiques).

Exemple : vous versez 3 000€ à votre employé à domicile dont 1830€ de titre CESU préfinancé.

Vous bénéficiez d’un crédit d’impôt de 50% du montant restant à votre charges soit (3 000-1830 = 1170) 1170*50% = 585€

Vous bénéficiez également d’un crédit d’impôt de 25% des 1830€ soit 458€

Auquel il vous faut ajouter l’économie d’impôt réalisée grâce à la baisse de votre BNC de 1830€ : soit 549€ si vous êtes imposable dans la tranche à 30% (à savoir entre 26 818€ à 71 898€)

Soit une économie totale de 1592€.

Enfin vous bénéficiez d’une économie sociale car comme votre BNC est diminué de 1830€, il est soumis aux cotisations sociales sur cette base ce qui représente encore une économie d’environ 30% soit 549€.

Si on compare à l’achat de ces titres CESU préfinancé à titre personnel l’économie totale est de 1500€ (3000*50%) ou un gain total de 641€ si vous achetez les CESU préfinancés à titre professionnel.

Manon Martin